Nouvel engagement syndical

Année 2016 - Revue n°470

Elu secrétaire général de la CFDT Cadres en juin 2016, Jean-Claude Barboul présente son parcours et ses choix militants.

Je suis un cadre TGV qui partage son temps entre Lille où je réside avec mon compagnon médecin généraliste, le siège de la CFDT Cadres et de nombreuses rencontres en région. J’ai une formation initiale scientifique mais je suis devenu un pur produit de la formation continue, ce qui m’a permis d’élargir mes horizons vers le droit privé ou encore le management de la communication. Je suis tombé dans la marmite syndicale à l’Assedic du Pas-de-Calais en 1990. J’avais à 22 ans et un premier boulot. A l’époque, le délégué syndical Force ouvrière y régnait sans partage. « Ici tout le monde est à FO. Bergeron est président de l’Unedic. Il faut que tu te syndiques » : j’ai choisi la CFDT.

J’ai exercé différents mandats sous l’aile bienveillante du secrétaire de syndicat Dominique Sander qui me cédera la place en 1994. Tout en me frottant au niveau interprofessionnel aux services à la personne et à la protection sociale, je travaille avec des militants de l’assurance-chômage, du ministère du Travail, de l’ANPE, de l’Afpa et des Missions locales. J’intègre la fédération Protection Sociale Travail Emploi en 1997 pour négocier une convention collective pour les salariés des Missions Locales pour l’emploi et développer la formation syndicale. Je m’attelle également à la restructuration des secteurs fédéraux : expérience enrichissante de rencontrer des militants avec pour certains un contexte interne d’opposition frontale à la confédération et à la fédération…

La construction d’une convention collective dans un secteur émergent est une expérience extraordinaire. L’appui d’une équipe CFDT animée par Philippe Berhault a permis de construire une classification en phase avec les demandes des salariés. Cette expérience, je la reproduis dans le secteur de la Sécurité sociale. La négociation d’une classification prendra trois années riches d’enseignements sur la culture administrative française et son jacobinisme. Ces années à la fédération - aux côtés de Jean Delarue sur l’enjeu du renouvellement générationnel - me permettront de mieux connaître la CFDT dans ses rouages les plus intimes mais aussi dans ses valeurs très actuelles. J’ai eu la chance de côtoyer Jean-Marie Toulisse, Roselyne Vieillard, Marie-Arielle Werner, Jean-Louis Tardivaud, Noelle Barberet… C’est une école irremplaçable dans la construction politique et managériale du militant. C’est aussi là que se nouent les compétences transférables.

En 2004, je souhaite reprendre une activité professionnelle plus classique et quitte la capitale pour revenir à l’Assedic à Lille. J’y exerce les fonctions d’audit interne et me plonge dans les activités d’un service public de cinq cents personnes. C’est l’occasion de vivre ce qu’est le retour en entreprise à plein-temps. Il faut y prouver que le travail de responsable fédéral demande des compétences professionnelles. J’apprends de cette expérience que le passage par le syndicalisme apprend à manager. Je remercie ici Cathy Mismacque qui m’a accompagné.

Je reste parallèlement militant et ce auprès des caisses de retraite Arrco et Agirc. Le vieillissement et la place que prennent les questions de retraites me passionnent. Là aussi, des rencontres extraordinaires nourrissent mon engagement : Gaby Bonnand, Alain Petitjean, Jean-Louis Malys, Marie-Claude Lasnier, Yves Canevet. Et plus récemment Jocelyne Cabanal, Sonia Buscarini et Virginie Aubin. Ainsi que mes collègues administrateurs Jean-Paul Bouchet et Philippe Fontaine.

Après l’Assedic devenue Pôle emploi, je reviens à Paris en 2012 comme chargé de mission à la CFDT Cadres - j’étais membre de son Bureau national depuis 2009 - puis élu secrétaire général adjoint au congrès de juin 2013 à Arras : le Nord, l’un des terreaux du syndicalisme, n’est jamais loin de mon engagement.

Avis

La CFDT Cadres fête le jeudi 3 novembre 2016 le soixante-dixième anniversaire de Cadres et Profession dont la revue est issue. Interviendront : Jacques Le Goff, Valérie Charolles, Danielle Kaisergruber, Jean-Pierre Basilien, Richard Robert, Thomas Rivière... De 17 heures à 20 heures à la salle confédérale, 4, boulevard de la Villette, Paris. Inscriptions et renseignements sur
contact@cadres.cfdt.fr. Nombre de places limité. A suivre également en direct et à retrouver sur
cadresCFDT.fr.

Partager