Le paritarisme dans un groupe de protection sociale

Année 2012 - Revue n°450-451

On parle souvent des coopératives pour évoquer les modes de management ou de prise de décision alternatifs. On oublie souvent le paritarisme qui offre aussi la possibilité de décider autrement dans l’entreprise. Chez Apicil, l’action sociale est soutenue par les administrateurs, elle fait même partie de l’ADN de l’entreprise.

Apicil est un groupe de protection sociale à but non lucratif qui fonctionne sur le mode du paritarisme, c’est-à-dire que les représentants des adhérents (entreprises) et des participants (salariés) pilotent directement la gestion de leur protection sociale.

Un groupe paritaire de protection sociale

Cette particularité historique donne une véritable force. L’action commune des administrateurs, salariés et employeurs a toujours conduit à accompagner la croissance du groupe dans le respect des valeurs et des intérêts de chacun. Le groupe n’a pas d’actionnaires à rémunérer. Le retour des bénéfices se fait donc vers les assurés, et également vers l’action sociale. Historiquement les caisses de retraite complémentaire ont proposé par exemple aux cadres des aides financières (vacances, bourses d’études). Aujourd’hui, l’action sociale se poursuit plutôt dans la construction et la gestion de maisons d’accueil de personnes âgées.

Notre groupe a deux activités principales : il gère des caisses de retraite complémentaire et offre une couverture santé/prévoyance personnelle dans le domaine concurrentiel (protection des personnes). 1300 personnes travaillent chez APICIL, 70 % d’entre elles exercent un emploi dans le domaine de l’assurance de personnes.

Des actions sociales concrètes dans le domaine de la santé et du quatrième âge

L’action sociale est bien présente dans cette branche. Nous avons consacré l’année dernière près de 18 millions d’euros aux différents projets que nous soutenons. Nous organisons des actions de secours individuels, avec des commissions sociales et de recours qui permettent d’examiner des situations de détresse, après un deuil par exemple, de fournir des aides au logement ou de payer des factures d’eau et d’électricité pour des personnes en situation d’extrême précarité.

Nous nous attachons aussi à réaliser des actions d’intérêt général, par exemple en proposant des formules d’hébergement pour les personnes âgées. Nous avons déjà cinq résidences en fonctionnement et une sixième en cours de construction qui sera achevée en 2014, située dans le sixième arrondissement de Lyon. Elle permettra d’accueillir 94 personnes âgées dans un état plus ou moins élevé de dépendance. Les personnes accueillies pourront bénéficier de l’aide sociale ou de l’APL.

Nous effectuons aussi des actions en faveur de la santé et du handicap en organisant des campagnes de dépistage du glaucome par exemple.

Nous sommes aussi présents auprès des Hospices Civils de Lyon avec l’action « IRM en jeu ». Il s’agit de la conception et de l’utilisation d’un IRM pour les enfants. C’est un examen difficile à supporter pour les plus jeunes à cause de l’enfermement, du bruit et du temps passé, à tel point que dans plus de quatre cas sur cinq une anesthésie était nécessaire. Nous avons donc, en collaboration avec l’équipe soignante, fait de l’IRM un jeu en transformant cet examen en « voyage dans l’espace ». Et depuis la conception de cet instrument médical, il y a six ans, le nombre d’anesthésies a été réduit très fortement. Des bénévoles volontaires parmi les salariés d’APICIL (à raison de deux heures offertes par APICIL, le reste étant pris sur le temps libre) accompagnent et préparent une après-midi par semaine les enfants qui doivent subir cet examen.

Nous avons aussi financé avec des entreprises lyonnaises la construction de la Maison du Petit Monde qui permet d’accueillir des familles d’enfants hospitalisés à proximité du nouvel hôpital Femme Mère Enfant de Lyon. Cette maison a ouvert en 2009 et devant son succès nous sommes en train de penser à un projet d’extension.

Nous avons aussi créé la Fondation APICIL. Dotée de dix millions d’euros elle est chargée de financer des projets qui permettent de lutter contre la douleur. Cette fondation est aujourd’hui reconnue dans ce domaine.

Des bénéfices multiples pour le groupe

Ces actions nous apportent plusieurs avantages. Elles donnent à APICIL un surcroît de notoriété à l’extérieur du groupe. Elles procurent à nos salariés un sentiment de fierté d’appartenance au groupe.

Toutes ces actions en responsabilité sociale des entreprises sont également soutenues par nos administrateurs. Elles montrent l’engagement d’APICIL dans la société, ce qui est cohérent avec nos activités de protection sociale. Elles constituent en quelque sorte un dividende social. Ces derniers tiennent à ce qu’APICIL réalise des actions d’intérêt général en adéquation avec des valeurs d’altruisme.

Partager