Dans son introduction à la déclaration du Congrès de Nantes en mai 2002, « Le monde que nous voulons », Jean-François Trogrlic campait le décor et imprimait la marque CFDT sur ces questions : une vision internationale solidaire concrétisée par l’action syndicale à différents niveaux.

Un champ d’action à investir

De nombreuses initiatives ont été prises depuis, tant au niveau confédéral que dans les fédérations professionnelles, pour mettre en œuvre ces lignes directrices, les concrétiser dans l’action et les pratiques syndicales. Sans vouloir toutes les citer, certaines traduisent sans doute bien l’implication de toute la CFDT : l’action dans les entreprises multinationales, l’engagement des militants CFDT dans les comités d’entreprise européens ou les comités de groupe mondiaux, leur implication dans les fédérations syndicales européennes et internationales, les interventions auprès des institutions internationales mais également les initiatives prises avec d’autres partenaires, d’autres collectifs comme celui de « L’éthique sur l’étiquette ». Ces initiatives sont le reflet de la diversité des lieux d’intervention, des leviers d’actions dont dispose le syndicalisme pour agir sur la mondialisation.

Le rassemblement des 400 militants CFDT d’entreprises multinationales françaises des 29 et 30 juin 2004 à Paris a été l’occasion de faire le point et d’échanger sur les initiatives prises par les équipes syndicales pour interpeller les directions sur leur responsabilité sociale, sociétale et environnementale.

Le projet confédéral de coopération syndicale avec les organisations syndicales sud-américaines, la CUT pour le Brésil et la CTA pour l’Argentine, engagé en début d’année 2004 participe également de cette volonté de développer les ini