Logo de la Revue cadres

Laurent Bouvet
Laurent Bouvet

Laurent Bouvet est professeur de sciences politiques à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

4 articles

Entre technocratie et radicalité
L’effacement de la figure de l’intellectuel en politique
Depuis une vingtaine d’années, la figure de l’intellectuel engagé s’est estompée ou du moins profondément transformée. Le désengagement des intellectuels a été très net vis-à-vis des partis politiques, notamment à gauche où le modèle de l’intellectuel en politique faisait partie du paysage habituel. On peut donner quelques clés de ce phénomène en observant la transformation du lien entre les intellectuels et le Parti socialiste. L’articulation des fonctions d’expertise, de cr
Laurent Bouvet
Accès restreint Lire un extrait

Les enjeux politiques de l’insertion
L’université face aux inégalités
L’université française remplit mal ses principales missions. D’abord, elle ne prépare pas autant qu’elle le devrait à la vie professionnelle. De nombreuses formations sont inadaptées aux besoins de la société, les cursus professionnels et la formation continue sont sous-représentés. La distinction entre universités et grandes écoles a en outre de nombreux effets pervers. L’université n’assure plus son rôle d’ascenseur social, mais au contraire reproduit les inégalités dans l’
Laurent Bouvet
Lire la suite

Financement du système universitaire
La réforme anglaise
Le gouvernement de Tony Blair a fait adopter par le Parlement britannique, fin janvier 2004, son projet de réforme du financement du système universitaire qui sera appliqué à partir de la rentrée 2006 (c’est-à-dire après les prochaines élections générales). Ce projet de réforme a été défendu par Tony Blair comme l’un des plus importants de son second mandat : il a engagé sa responsabilité de manière déterminante et
Laurent Bouvet
Lire la suite

La retraite des baby-boomers
Réfonder le lien entre les générations
Au-delà de la multiplicité des slogans, des mots d’ordre syndicaux et des revendications spécifiques à telle ou telle partie du salariat, ce qui s’est exprimé au cours des manifestations du mois de mai, c’est un refus de voir augmenter le poids relatif de notre temps de vie consacré à l’activité professionnelle. Sans parler de la revendication maximaliste des « 37,5 annuités pour tous », le refus d’augmenter la durée de cotisation
Laurent Bouvet, Anousheh Karvar et Gilles Moëc
Accès restreint Lire un extrait