En septembre 2014 Edgar Morin reprenait dans un entretien au journal Le Monde son appel à la métamorphose, incitant à saisir les enjeux d’une « crise généralisée de l’humanité à l’heure planétaire ». La crise de la société occidentale qu’il avait pensée dès 1968 est-elle désormais mieux comprise ? De fait, les transformations contemporaines touchent l’économie, les régulations internationales, le système politique, la protection sociale, les rapports sociaux, la place des transcendances avec notamment le rapport au religieux et le rapport aux idéologies, la place des sciences et techniques. Elles se combinent dans une configuration systémique, paraissant toucher à la culture de la société - le système supérieur selon Alain Touraine (1974). L’individu peut-il être en prise sur ces mutations ? Les associations constituent-elles un corps intermédiaire, acteur du politique et du mouvement de la société ? Pour les uns, le modèle associatif issu du début du dix-neuvième siècle est dépassé, destiné à être supplanté par des formes d’organisation plus modernes, à l’image de l’entrepreneuriat social. Pour les autres, la période actuelle permet la résurgence du courant associationniste, où les associations sont porteuses d’une alternative en économie et d’un approfondissement démocratique au nom d’une visée solidaire (Laville, 2010) ; les associations participent alors d’une transformation de la société critiquant l’économisme et visant plus de justice sociale. Dans ces jeux complexes, le niveau méso semble en tous cas un engrenage déterminant.

1. Rôle politique et dimension mouvement observés dans la démarche prospective

L’analyse de plusieurs expériences de prospective dans le réseau Uriopss-Uniopss (Chognot, 2015) montre le potentiel des dynamiques politiques associatives. Ces expériences so