La fusion entre les deux administrations des Impôts (DGI) et du Trésor public (DGCP) pour créer la direction générale des finances publiques (DGFiP) en 2008 a été l’occasion pour les fédérations des finances de débattre avec le ministère des conditions de travail. Dans ce processus de discussion, la CFDT Finances a joué une part active en cherchant un dispositif pour améliorer les conditions de travail, un sujet complexe qui s’inscrit dans la durée. Plutôt que de rechercher un effet d’affichage avec des revendications ponctuelles, la CFDT s’est efforcée de convaincre l’administration de se doter d’outils permettant de lancer un processus pouvant se décliner au plus près du travail des agents et des cadres, à l’échelle des services locaux, les espaces de dialogue (EDD).

La création d’espaces de dialogue sur le travail est la proposition phare de la CFDT. Cette proposition, issue de l’analyse des réponses aux questionnaires sur les conditions de travail de 2006-2007 à la DGI et à la DGCP (cf.infra) a longuement été débattue entre les organisations syndicales et l’administration. Elle a été testée en situation réelle avec l’aide d’une équipe pluridisciplinaire (sociologue, médecin de santé publique, ergonome) de l’institut de recherches économiques et sociales (Ires). Les résultats positifs de l’expérimentation ont conduit l’administration à généraliser les EDD au sein de l’ensemble des services de la DGFiP en 2012.

Echanger entre pairs pour construire des règles non écrites

La position de la CFDT se fonde sur une conception du travail partagée par les ergonomes, psychologues et même certains médecins du travail comme Davezies (1991) : « Le travail, c’est l’activité coordonnée déployée par les hommes et les femmes pour faire face à ce qui n’est pas déjà donné par l’organisation prescrite du t