J’ai travaillé dans une résidence qui a dû faire face à de nombreux changements de direction. Certains directeurs et responsables ne restaient que quelques mois. Or, la bonne prise en charge des résidents - a fortiori avec un profil psychiatrique - demande de la stabilité. C’est ce que je me suis efforcé de faire lorsque j’ai été amené à manager l’établissement. Le style de direction illustre le comportement de l’équipe de direction, c’est-à-dire sa manière de poursuivre des objectifs et de soutenir le système de valeurs dominantes. Il ne se résume pas à la personnalité du directeur mais au fait que l’équipe de direction se comprenne et se respecte, il s’agit de comportements, de décisions, de faits, d’emploi du temps et donc de disponibilité.

Si le résident est le cœur d’un Ehpad et si l’établissement est un lieu de vie (individuel et collectif), il n’y a aucune personne salariée qui n’a d’autre priorité que la bonne prise en charge des résidents. Au sein de l’équipe, nous avons choisi de partager une éthique quotidienne, un respect mutuel et de la coopération. Direction, médecin coordonnateur et infirmières se réunissent chaque semaine. Les résidents sont chez eux (et ils le disent), tout le personnel les respecte et les résidents, quand ils peuvent, ils nous aident dans notre rôle professionnel. Ce préalable nous a permis de mettre en place un fonctionnement cohérent et partagé afin de le diffuser auprès de tous les métiers de l’établissement. Les équipes ont adhéré à ce projet et se sont mobilisées pour en faire un projet de vie de la résidence. Nous avons mis en place (progressivement) le respect de leur rythme de vie, tant au niveau des levers que des couchers. Malgré les difficultés de fonctionnement, tant en interne (avec les différentes tutrices), tant avec le groupe (rupture d’approvisionnements pour non-paiement, aucune visibilité sur la situation éco