La notion de politique territoriale de l’emploi est l’adaptation des politiques nationales et le déploiement d’actions qui répondent aux besoins des entreprises, des actifs et des personnes en recherche de travail et d’insertion.

Cette politique ne doit pas seulement être descendante et il faut également protéger les expérimentations locales spécifiques.

La diversité du périmètre d’action - commune, regroupement de communes, pays, département – et des situations sociales (réinsertion, formation, accompagnement, création d’emploi, anticipation des destructions de postes…) les justifient grandement.

On peut distinguer trois types de politiques : des actions autonomes des acteurs du territoire, une politique nationale appliquée au territoire et, ce qui est davantage pratiqué, une « politique territorialisée » mêlant impulsion nationale et marges de manœuvre des responsables locaux.

La qualité du diagnostic partagé sur les ressources et productions de terroirs spécifiques, le déploiement de technologies innovantes et le maintien de l’économie de proximité sont essentiels.

Le Ceser des pays de la Loire a pointé la complexité des découpages d’actions : « Les questions de politique et de découpage territorial apparaissent signifiantes de notre inertie française : en 1998, l’Etat en région a publié un atlas des territoires en Pays de la Loire avec plus de quarante découpages. En 2007, il a publié de nouveau une étude sur les agglomérations. Aujourd’hui la question se repose une nouvelle fois suite aux modifications de la loi NOTRe qui bouleverse la carte institutionnelle »1. La politique de l’emploi se met en œuvre au plus près du terrain, à l’échelle des territoires. Un des enjeux fondamentaux a donc été le choix de la bonne maille.

La n