Le salarié acteur de son parcours professionnel

L’entretien professionnel, voulu par la CFDT, créé par l’accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013, s’applique par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale55. Le concept de formation tout au long de la vie vise à faire de chaque individu l’acteur de sa formation continue, à tout âge, pour maintenir son employabilité à travers les aléas de son parcours : emploi, chômage, formation, engagements associatifs et militants. L’enjeu : favoriser le parcours professionnel des salariés. Il remplace les différents entretiens (entretien professionnel issu de l’accord du 20 juillet 200556, entretien d’orientation, de mi-carrière...). Tout salarié doit en bénéficier au moins tous les deux ans57.

Cet entretien n’est pas seulement un moment pour acter ses ambitions. Il s’agit de vérifier si les compétences professionnelles sont bien adaptées à la stratégie à long terme d’entreprise. L’entretien professionnel est en ce sens la reconnaissance de la responsabilité de l’entreprise sur les trajectoires des salariés.

L’entretien professionnel est par définition un acte de management, qui met en regard les ambitions individuelles et les réalisations collectives. Il doit être bien sûr être conduit dans un souci de montée en compétence ou d’élargissement / approfondissement des compétences, mais c’est surtout un moment de dialogue sur les orientations stratégiques et les conséquences sur l’organisation du travail, et donc le rôle du salarié.

L’entretien professionnel peut donc être mené par vous, ou un autre cadre manager sans lien hiérarchique avec le salarié, ou par les RH. Depuis 2016, on observe quelques cas d’ex