L’intelligence artificielle (AI) est un ensemble de technologies informatiques capables de réaliser des tâches cognitives à la place de l’homme. La plupart des tâches et des métiers est donc concernée. La reconnaissance vocale, la biométrie, la reconnaissance d’images, l’aide à la décision, les services de relation client... peuvent se déployer dans des secteurs très divers, s’affranchissant du temps et du volume d’informations à traiter.

Un rapport de France Stratégie pose une intéressante synthèse de ces enjeux : « En dehors de quelques champs particuliers, la technologie est encore peu présente dans le quotidien de la plupart des métiers, [...] et cette transformation n’est pas radicalement différente de la numérisation de l’économie [...]. Ce qui change aujourd’hui, c’est que l’intelligence artificielle repose bien souvent sur un mécanisme d’apprentissage, où l’accumulation de données permet l’amélioration continuelle des dispositifs. Au point d’engendrer, un jour, d’ici cinq ans, dix ans ou plus selon les tâches, une véritable rupture dans ce qu’il est technologiquement possible de faire » 1.

La montée de l’autonomie des véhicules symbolise cette progressive mais inexorable mue. L’AI assiste le conducteur et le remplace pas à pas, tout en ouvrant des possibilités en matière de maintenance, de stationnement, de conduite dans certaines conditions, etc. Globalement, France Stratégie identifie :

  • des opportunités sociales : émergence de nouveaux métiers grâce au traitement massif des données (superviseur de flotte de véhicules, de chatbot), amélioration des conditions de travail et valorisation d’activités/tâches (sociales, relationnelles, créativité…), prise en charge par l’IA des tâches routinières et répétitives, autonomisation des travailleurs, des clients, des patients,