Je suis née en 1962 dans les Charentes et j’ai grandi à Aix-en-Provence. J’ai passé un BTS de tourisme à Marseille avec une option guide et interprète en anglais, allemand et russe. J’ai travaillé comme guide accompagnatrice pendant un an, puis je suis entrée dans une association « Vacances Bleues » à l’âge de 20 ans. L’année suivante, en 1983, j’ai obtenu un CDI et je me suis syndiquée à la CFDT, à la fédération des services. Lorsque j’étais militante à la JOC, nous avions eu une présentation de différentes confédérations, et le choix de la CFDT s’était pour moi imposé de lui-même.

Je suis devenue déléguée syndicale de « Vacances bleues » dès cette année et rapidement après déléguée du personnel et élue au comité d’entreprise.

Cette période syndicale, celle de l’application des lois Auroux, fut d’une grande richesse dans mon parcours. J’ai notamment appris, par une formation dispensée par l’union régionale CFDT de la région Provence Alpes Côte d’Azur, à animer des groupes syndicaux. Elle est utile encore aujourd’hui. J’ai participé à cette époque à la mise en place d’une commission mixte paritaire dans le tourisme social : une commission nationale qui regroupait employeurs et organisations syndicales. Cette commission est parvenue à mettre en place la possibilité d’organiser une formation pour les saisonniers dans les intersaisons, ce qui fut une véritable avancée à une époque où l’annualisation du travail n’existait pas dans ces professions.

En 1990, pour des raisons personnelles, je suis partie vivre et travailler à Lille. J’ai d’abord été contractuelle à la région Nord Pas-de-Calais pour m’occuper de l’événementiel à la direction du protocole. J’ai changé de poste assez souvent et en 2000, j’ai réussi le concours d’attaché et je suis devenue chef du service de communication interne. Durant cette période, j’ai siégé pour la CFDT pendant deux mandats de six ans à la commission technique paritaire. J’ai aussi changé de statut avec ce concours : je suis alors devenue cadre et fonctionnaire territoriale. J’ai voulu mettre en place à cette époque une enquête sur le climat interne mais mon chef a changé et l’enquête n’a pas abouti. Je suis donc partie travailler auprès de Michel Autès un élu vert, le vice-président de la région, de 2004 à 2010. Ce fut une période passionnante qui correspondait au vote et à la mise en place de la loi « Hôpital, patients, santé, territoire ». Comme Michel Autès participait aussi à l’association des régions de France en qualité de vice président (?), j’ai pu assister à la construction d’une loi, à partir de rapports puis à son application sur le territoire.

En 2010, après la fin du mandat de cet élu vert, je suis allée travailler à la direction du développement durable, de la prospective et de l’évaluation de la région Nord en tant que chargée de mission communication et formation sur le développement durable.

Je suis entrée au bureau national de la CFDT Cadres en 2010, par l’intermédiaire de Jean-Claude Barboul, actuel secrétaire général adjoint.

Depuis novembre 2012, je suis secrétaire du syndicat Interco (département, région, Etat) du département du Nord. C’est un syndicat de 2000 adhérents, avec des profils culturels variés : certains viennent de la pénitentiaire, d’autres de l’hospitalière, d’autres encore du département… Et depuis cette année, je suis conseillère fédérale (l’organne décisionnel des fédérations de la CFDT) de la fédération Interco.

Mon travail syndical me prend plus qu’un plein temps, entre les réunions d’instance à Paris, en moyenne plus d’un jour par semaine, et les actions sur le terrain. Je suis actuellement beaucoup prise par la réforme des rythmes scolaires et la mise en place des activités péri scolaires qui posent de nouveaux problèmes d’horaires et de salaires pour les intervenants.

La vie d’une syndicaliste est une vie passionnante, mais très prenante. Mon compagnon a choisi de s’arrêter de travailler pour élever les enfants et s’occuper de la maison. C’est grâce à cette organisation familiale que j’ai pu m’engager aussi pleinement.