Logo de la Revue cadres
Le temps, une question à reprendre N°420-421
Juillet 2006 - Revue n°420-421
Le temps, une question à reprendre

Dossier

Pour un travail soutenable
Choisir ses temps tout au long de la vie
La demande sociale d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle est de plus en plus vive, alors même que les cadres en emploi sont « surbookés » quand nombre de jeunes diplômés et de seniors sont exclus de l’emploi. Choisir ses temps tout au long de la vie, c’est ouvrir la possibilité d’adapter son temps de travail selon les cycles de vie en favorisant la réduction du temps de travail quand elle paraît souhaitable pour les cadres, hommes ou femmes, quitte à
Monique Boutrand
Lire la suite

Abonnés
Temps pluriels
Mon cas d’école
Ma mère est artiste et mon père ingénieur. Toute mon enfance, j’ai entendu mon père dire qu’elle n’avait pas la notion du temps. Toute mon enfance, je lui ai demandé pourquoi il avait besoin de régler sa vie sur un agenda, même le week-end. Elle, c’est une dévoreuse de temps. Elle pense qu’il est élastique et accueille l’imprévu de bon gré, elle « papillonne ».
Violaine D.Voutsinos
Accès restreint Lire un extrait

Abonnés
Le temps de travail des cadres
De quoi parle-t-on ?
Les cadres entretiennent un rapport au temps différent de celui des autres salariés. Les employeurs attendent d’eux une grande disponibilité. Le temps de travail, quand il se rattachait à une production, pouvait se mesurer. Lorsque le travail consiste à concevoir, à animer, à organiser des projets, des équipes, la mesure du temps devient subjective. Aller vers une négociation de temps choisis nous impose donc de caractériser autrement le travail des cadres. On peut pointer tr
Monique Boutrand
Accès restreint Lire un extrait

Abonnés
Vers de nouvelles formes de carrière
Pour desserrer le modèle unique
La question du temps émerge au carrefour de différentes disciplines. La sociologie du travail met l’accent sur l’intensification du travail et la porosité des sphères professionnelles et privée. La sociologie des cadres tente de saisir l’émergence de nouvelles formes de carrières alternatives, et les sciences de gestion s’intéressent quant à elles aux programmes de work-life balance proposant des articulations travail / hors-travail plus intégrées ou plus respectueuses. En an
Florence Osty
Accès restreint Lire un extrait

Abonnés
Cadre à temps partiel
Une formule gagnant-gagnant ?
Et s’il était possible de doser son investissement en fonction des contraintes personnelles et des choix de vie ? Le monde des PME, souvent décrié par les cadres pour sa difficulté à offrir des carrières, peut ici se révéler plus accueillant et plus ouvert que celui des grandes entreprises. Non par pure générosité, mais du fait de ses propres contraintes, comme le montre ce témoignage. Ingénieur généraliste de for
Pierre Goubet
Accès restreint Lire un extrait

Abonnés
Le temps de penser
La nouvelle composition organique du temps de travail
Le développement des activités immatérielles et relationnelles conduit à s’interroger sur l’évolution de la composition organique du temps de travail, c’est-à-dire sur le statut du temps au sein de l’activité de travail. On peut distinguer trois types de temps articulés, de nature et de portée différentes : les temps directement productifs, les temps de régulation, les temps connexes consacrés aux investissements immatériels. La distinction des deux dernières catégories, par
Christian du Tertre
Accès restreint Lire un extrait

Abonnés
L’économie des temps
Pour un nouveau modèle social
Le temps en économie a des dimensions très différentes : financières, productives, sociales. La dimension productive et la dimension sociale, loin de s’opposer, devraient être envisagées selon une articulation. Il s’agit, quand on envisage la croissance à long terme de l’Europe, d’optimiser cette ressource aussi précieuse que mal employée : le potentiel humain. L’évolution démographique et les dysfonctionnements du marché du travail imposent de mieux valoriser les compétences
Michel Aglietta
Accès restreint Lire un extrait

Abonnés
Pour une nouvelle norme d’emploi
Un choix de société
L’expérience particulière et les aspirations des femmes doivent aujourd’hui nous aider à repenser la place du travail et de ses temps. Repenser l’articulation des temps tout au long de la vie à partir de l’expérience socialement construite des femmes (notamment le cumul des rôles familial et professionnel) devrait en effet nous permettre non seulement d’avancer sur la voie d’une vraie égalité de genre mais sans doute aussi d’une amélioration du bien-être des hommes et des enf
Dominique Méda
Accès restreint Lire un extrait

Journal

Ouvrir le jeu
Retour sur le travail des cadres
Etre cadre, quel travail ? Tel est le titre d’un livre récemment publié par l’Association nationale pour l’amélioration des conditions de travail, sous la direction d’Yves-Frédéric Livian. Son ambition est de mieux cerner une catégorie envisagée désormais non plus à travers un statut, mais bien à travers son travail, « immatériel et complexe ». La CFDT Cadres a été sollicitée pour donner une postfa
François Fayol
Lire la suite

Et si on parlait de l’encadrement intermédiaire ?
Manager de proximité, cadre ou manager intermédiaire, cadre moyen, middle manager, petit chef… ces dénominations et bien d’autres recouvrent une population hétérogène qui, curieusement, n’a fait l’objet que de peu d’études, celles-ci se focalisant fréquemment sur l’individu au travail ou le management des équipes. Remarquons que cette confusion dans les termes n’est pas une exception française ; par exemple il n’existe pas de définition légale anglo-saxonne des middle man
Luc Boyer
Lire la suite

Responsabilité sociale des entreprises et syndicalisme la rse doit-elle devenir un objet de confrontation sociale ?
Depuis quelques années, les questions de Responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) passionnent bon nombre d’acteurs. Le développement durable au sein de l’entreprise semble d’ailleurs être devenu le nouveau mot d’ordre des sociétés occidentales. Quelle peut être sa signification sociale ? Si la RSE peut être un levier pour transformer la réalité sociale des entreprises, il faut s’interroger sur l’enjeu qu’elle représente pour le syndicalisme français.
Romain Huet et Alexandre Lesage
Lire la suite

La responsabilité sociale des comités d’entreprise
Le choix du commerce équitable
Dans le paysage social et l’imaginaire français, les comités d’entreprise occupent une place bien particulière du fait de leur ambiguïté historique. Par leur rôle économique et juridique ils sont le lieu des crises et des conflits. Mais ils sont aussi la représentation d’une forme de bonheur ou de chance sociale par leur mission de gestion des œuvres sociales. Les héritiers notamment gaullistes et communistes de la résistance avaient fait des comités d’entreprise le symbole d
Christian Dominé
Lire la suite

L’émergence de la chine dans l’économie mondiale 1. quels enjeux pour l’industrie européenne
En 25 ans, le développement économique de la Chine s’est avéré aussi spectaculaire que massif. La production industrielle a augmenté de plus 10 % par an en moyenne entre 1979 et 2002. Entre 2001 et 2004, la Chine a assuré à elle seule le tiers de la croissance mondiale en parité de pouvoir d’achat, soit deux fois plus que les Etats-Unis. Quelles conséquences, quels enjeux ? Nous entamons ici la publication, étalée sur quatre numér
Vincent Aussilloux et Edouard Bourcieu
Lire la suite

Made in monde
Seuil, 2006. 362 pages, 22 euros.
Cinq années d’enquêtes conduites auprès de 500 entreprises, en Asie, en Europe, en Amérique, pour analyser leurs stratégies en matière de délocalisations, de sous-traitance dans une économie globalisée : c’est un travail colossal auquel s’est livré Suzanne Berger, professeur de science politique au Massachusetts Institute of Technology dont elle dirige l’International Science and Technology Initiative. Son ouvrage restitue l’essen
Jean-Paul Bouchet
Lire la suite

Le travail intenable résister collectivement à l’intensification
La Découverte, 2006. 246 pages, 19 euros
Pour nombre de salariés, le travail devient triplement intenable : intenable car, agité de multiples évolutions, il change tout le temps ; intenable car il doit s’exercer sous un nombre tel de contraintes qu’il devient impossible au salarié de bien les tenir ensemble ; intenable, et même insoutenable, parce qu’il devient difficile de tenir le coup quand l’inorganisation du travail nous laisse seul. Aucun secteur professionnel n’y
Laurent Mahieu
Lire la suite

Injustices l’expérience des inégalités au travail
Seuil, 2006. 500 pages, 23 euros
Rendant compte des résultats d’une enquête réalisée auprès de 1500 personnes par des étudiants et des enseignants de l’université Bordeaux 2 entre 2003 et 2005, ce livre fait parler les salariés de leur sentiment d’injustice dans le travail, très souvent intimement lié à un problème de reconnaissance dans le travail. En 500 pages très vivantes, faisant la part belle à la parole des salariés, François Dubet
François Fayol
Lire la suite

Histoire des syndicats. 1906-2006
Seuil, 2006. 380 pages, 24 euros
Cette histoire du syndicalisme français s’ouvre sur le Congrès d’Amiens, le 13 octobre 1906, et le vote de la Charte d’Amiens posant le principe de l’indépendance syndicale par rapport aux partis politiques et fondant ainsi un « syndicalisme révolutionnaire » visant l’émancipation du prolétariat et l’expropriation des capitalistes. Le syndicalisme français s’écarte ainsi durablement des modèles social-démocrate et travai
François Fayol
Lire la suite

Les instituts du travail la formation syndicale à l’université de 1955 à nos jours
Presses Universitaires de Rennes, 2006. 256 pages, 20 euros
Lucie Tanguy présente dans ce livre les résultats d’une recherche consacrée à une institution particulière, les instituts supérieurs du travail, associant des universitaires et des syndicalistes de la CFDT, de la CGT et de la CGT-FO. Développer une formation scientifique et supérieure à l’Université pour des militants et responsables syndicaux, une « éducation ouvrière » comme aimait le rappeler Marcel David, initiateur de ce projet dè
François Fayol
Lire la suite

Lobbyistes et lobbying de l’union européenne
Presses Universitaires de Strasbourg, 2006. 352 pages, 24 euros
De ce livre consacré aux travaux d’un colloque de juin 2004 à l’IEP de Strasbourg, nous retiendrons la contribution très intéressante de Benoît Verrier : « La formation à l’Europe des syndicalistes de la CFDT. Apprentissages européens et contrôle syndical d’une organisation proeuropéenne ». S’appuyant notamment les classeurs pédagogiques CFDT de 2002 (L’Europe : comprendre pour agir), B
François Fayol
Lire la suite

La modernisation silencieuse des services publics
L’Harmattan, 2006. 196 pages, 18,50 euros
Ce livre présente les actes de deux colloques organisés par des associations de fonctionnaires : « L’administration innove… parlons-en », organisé en novembre 2001 par Services publics, et « Attirer des jeunes talents pour faire bouger le service public », par Penser public en juin 2003. Avec le recul permis par une publication tardive, la lecture de ce livre émaillé de témoignages et d’exemples
François Fayol
Lire la suite

Le monde comme je le vois
Gallimard, 2005. 326 pages, 19,50 euros
Lionel Jospin restera sans doute pour l’histoire le Premier ministre des emplois jeunes et de la RTT, chef d’un gouvernement qui tient ses promesses de diminution du chômage. Avec ce livre, il entre dans le débat qui parcourt la gauche française à la recherche d’un nouveau souffle et d’un candidat pour les présidentielles de 2007. Résolument optimiste comme dans L’invention du possible (1991), Lionel Jospin nous livre ses réflexion
Jean-Louis Chaigneau
Lire la suite